2021.09 : à propos de l’U.I.P.L. (Union Internationale des associations de scoutisme pluralistes ou laïques)

Ven24Sep202116:41

2021.09 : à propos de l’U.I.P.L. (Union Internationale des associations de scoutisme pluralistes ou laïques)

… Résumé de quelques documents retrouvés

 

Union Internationale des associations scoutes guides pluralistes / laïques (en abrégé U.I.P.L.)

 

Avant l’Union…

Dans les archives du Mouvement, l’Union apparaît, avec cette dénomination et ce sigle, à partir de 1996. Mais elle a été précédée par un ensemble de documents qui démontrent que, depuis de nombreuses années, une réflexion était menée par un certain nombre d’associations sur une définition d’un scoutisme « pluraliste » ou « laïque » :

 

En 1978, « scoutisme et laïcité » :

En tout premier lieu, une note, apparemment rédigée en 1977 (ou un peu après) est présentée par les E.E.D.F. sous le titre « Scoutisme et laïcité ». Ce texte très complet aborde, tout au long de 27 pages, un certain nombre de sujets qui seront repris par la suite :

-   l’affirmation et la définition du « devoir envers Dieu » dans les textes de 1924, avec quelques évolutions dans les textes suivants,

-   le constat d’une anomalie, par rapport à ces affirmations et confirmations successives, avec la reconnaissance, dès 1918, de l’association des Éclaireurs de France qui, dès sa création fin 1911, n’avaient pas conservé l’obligation de l’allusion à Dieu dans la formulation de la promesse,

-   l’impossibilité, pour les E.D.F. et les associations qui avaient fait le même choix, d’obtenir de l’O.M.M.S. une modification du texte de base « l’adhésion à des principes spirituels, la fidélité à la religion qui les exprime »  dans le sens « l’adhésion à des principes spirituels ou religieux »,

-   le besoin d’une évolution de la réflexion sur ces textes de base pour permettre une plus grande ouverture du scoutisme,

-   l’intérêt de rencontres sur ce sujet, comme celle réunie en mars à Bruxelles par quatre associations « fondatrices » (Escotes Catalans d’Espagne, CNGEEI d’Italie, FNEL du Luxembourg, FEE de Belgique, EEDF).

À noter que le même texte indique que l’A.M.G.E. fait preuve d’une plus grande souplesse à ce sujet.

Voir sur le site, rubrique "Notre laïcité", l'article :  1978 : "Scoutisme et laïcité" : un dossier fait le point sur un sujet récurrent

 

En 1989, une première synthèse de rencontres :

Sont évoquées successivement, à partir de la présentation d’une « plate-forme »,

-   des « journées » à Rhuismes en mai 1981, centrées sur « la formation de l’esprit et les implications de celui-ci dans les diverses activités des associations laïques ou pluralistes »,

-   des « journées » à San Fedele en mai 1982, avec un thème « plutôt centré sur la notion d’engagement »,

-   une rencontre à Barcelone en mai 1983, avec un groupe anglophone et un groupe francophone, aboutissant à la proposition d’une grande activité commune sous forme de camp international très bien défini,

-   un « séminaire » sur la dimension spirituelle dans le guidisme et le scoutisme est organisé en mars 1992 à Venise par l’AMGE et l’OMMS

-   des « journées » à Bruxelles en avril 1992, en préparation de la rencontre européenne prévue en mai en liaison avec l’OMMS et l’AMGE ; une association hongroise a rejoint les précédentes. Il y est question d’un projet de rapprochement des bureaux européens de l’OMMS et de l’AMGE, ainsi que d’un projet de « séminaire sur la spiritualité » organisée à ce niveau, ce qui induit la nécessité de mener cette réflexion pour les associations pluralistes pour « expliquer notre situation sans être chaque fois regardé comme un objet curieux »,

-   une note de mai 1992 précise les objectifs communs : notre historique, les objectifs d’une coordination, les valeurs qui nous unissent, une véritable coordination, des projets concrets, un calendrier…

 

Avec une véritable « charte », l’installation et le fonctionnement de l’Union :

Sans indication de date, une « charte fondatrice » présente les statuts de l’Union à partir de l’affirmation d’une « dimension spirituelle » : « nos associations reconnaissent l’existence de principes spirituels qui prennent dans nos sociétés des formes multiples et qui favorisent leur épanouissement ».

-   en décembre 1996, un « séminaire » intitulé « Éducation spirituelle » est organisé à Laarne (Belgique) par le secrétariat de l’U.I.P.L. hébergé par les Scouts et Guides Pluralistes de Belgique, avec une intervention de Dominique Bénard, du Bureau Européen du Scoutisme. Des représentants de la Slovénie ont rejoint les précédents. Des discussions en groupes mettent en évidence des approches différentes.

-   en septembre 1997, un séminaire intitulé « éducation aux valeurs, éducation à la spiritualité » est organisé à Como (Italie), prolonge la discussion et annonce pour l’année suivante un projet d’Intercamp  au Luxembourg et une rencontre à Paris.

-   en avril 2001, un « groupe de travail » se réunit à Florence, prenant la suite d’une rencontre précédente organisée à Luxembourg en novembre 2000 pour émettre une série de conclusions proposant un certain nombre de modifications pour l’U.I.P.L. (y compris sa dénomination).

-   en avril 2003, une lettre des responsables nationaux de l’association luxembourgeoise fait état d’un blocage « inadmissible » par une association et annonce le retrait de l’association « pour la durée d’un an ».

    

   

           

Imprimer