2020 : ce 26 novembre, Maurice Déjean a cent ans !

Dim22Nov202011:28

2020 : ce 26 novembre, Maurice Déjean a cent ans !

Index de l'article

Un témoignage personnel…

 

Mon cher Maurice, cher centenaire,                                                                                                

                     en ce 26 novembre 2020…

 

 

L’une de nos chansons « scoutes » disait, dans les années cinquante,

« Nous allons répéter à la ronde

l’espoir de nos vingt ans »

Je suis heureux de constater aujourd’hui que tes vingt ans se sont un peu prolongés mais je sais aussi que tu as continué de répéter à la ronde l’espoir qui nous réunissait.

 

J’ai fait ta connaissance un beau jour de 2001 lorsque j’ai ressenti le besoin de rejoindre notre association d’anciens du scoutisme laïque pour en prendre peu de temps après la responsabilité. Et cette rencontre a été le début d’une belle période d’échanges, d’idées, de discussions, de propositions. Pour la préparation de ce message j’ai recherché la trace de ces contacts dans mes archives ou dans mes messages « mail » et j’ai constaté leur volume et leur richesse.

Nous avons partagé une affirmation, celle de l’importance de notre scoutisme laïque, de ses objectifs, de ses valeurs, de ses principes, de ses actions… pour sa contribution à la formation du citoyen. Tu as toujours considéré, comme moi, que ce scoutisme ne se limitait pas à des jeux ou à des rites, mais qu’il nous engageait tous dans une action militante – tout au long de notre vie. Permets-moi d’associer à ce souvenir celui de ton épouse Micheline, qui nous a toujours accompagnés avec beaucoup de compréhension, (certains diraient de patience), et qui nous a toujours si bien reçus à Pompignac lors de nos nombreuses rencontres.

Ton attachement à notre Mouvement s’est adressé à la fois aux « anciens »  et aux « actifs », à ceux qui en ont connu les joies comme à ceux qui l’animent aujourd’hui. Et tu as beaucoup insisté pour que notre association ne limite pas ses activités à des rencontres souvenir ou à des clubs du quatrième âge, et qu’elle cherche à se rendre utile aussi à ceux qui nous ont succédé. Tu as convaincu les deux parties de la nécessité de signer une convention prévoyant des actions communes, et nous avons procédé à la signature de ce document, en ta présence, à Bordeaux : ta joie est visible sur les photos que nous avons retrouvées !

Mes archives en sont l’illustration : tu as très vite suggéré qu’il serait intéressant de retrouver, au fil des années, beaucoup de ceux qui ont partagé cet engagement, et de créer un réseau d’amitié de tous ces anciens qui, sans rejoindre notre association… d’anciens, étaient d’accord pour retrouver le contact et s’intéresser à nouveau à la vie du Mouvement. Avec ta sœur Annie, vous avez consacré beaucoup de temps et d’efforts à la recherche de ces amis et à la création de ce « réseau d’amitié pour la promotion et la pérennité des éclaireuses et éclaireurs laïques » (en résumé RAPPEEL, ce qui est tout un programme). Permets-moi d’associer ici à ce… rappel le souvenir de Gérard et Irène Besson qui y ont consacré beaucoup de temps et de dévouement. Nous retrouvons la trace de nos réflexions sur ce sujet dans nos Cévennes, en 2003, sur les rochers du Gardon ; et je me rappelle que tu me remerciais le matin d’avoir contribué à t’endormir en chantant la berceuse slovaque « Tece, voda, voda, tece » à ma petite fille de deux ans qui occupait la chambre au-dessus de la tienne, fenêtres ouvertes sur la campagne…  

Dans le prolongement de cette action, tu as souhaité que nos associations marquent le centenaire du Mouvement, fin 2011, par un colloque centré sur le rôle du scoutisme laïque dans la formation à la citoyenneté : le relais de cette action commune a été assuré par les E.E.D.F. mais l’idée et l’esprit ont été le fruit de ta conviction !

Dans cette même période, tu as d’ailleurs rédigé, toi-même, un petit ouvrage racontant l’histoire du Mouvement en Aquitaine. Ton attachement à notre Mouvement est aussi ton attachement à son histoire, et tu m’as accompagné dans la création de notre association pour l’histoire du scoutisme laïque à laquelle tu as, dès le départ, apporté ton aide et de nombreux documents.

C’est dans ce cadre que nous avons décidé de rappeler la vie, l’action et l’engagement de ton grand frère Pierre, et d’éditer un petit ouvrage à sa mémoire, que tu as co-écrit avec Annie. Il fait partie des immenses personnalités qui ont fait notre association et qui ont jugé nécessaire de s’engager dans la résistance à des affirmations destructrices de notre conception de l’humanité. Un souvenir tout à fait personnel : j’avais entendu parler de Pierre Déjean peu de temps après mon entrée aux E.D.F. fin 1945, et j’avais été très impressionné par le parcours de ce « chef » qui, handicapé, avait continué et amplifié ses activités scoutes après un grave accident ; devenu responsable d’un groupe d’éclaireurs en séquelle de poliomyélite, je leur racontais son histoire, celle de son courage et de sa volonté, à l’occasion de la préparation de leur promesse.

Et comme tu ne dételles jamais, nous avons pu mener à bien un autre de tes projets, demander à la municipalité d’Auch de donner à une rue de la ville le nom de Pierre Déjean. Chose faite en 2017, avec l’implication de tes fils et du groupe E.E.D.F. de la ville.

Catherine me rappelle un autre épisode de notre parcours commun : lorsque nous avons organisé notre premier « SADA » (séjour d’amitié) dans nos Cévennes en 2001, tu as découvert ce pays et son histoire ; je me rappelle ton émotion à la sortie du « Musée du Désert » ; mais je me rappelle aussi la lettre que tu nous as envoyée pour nous encourager à recommencer… et celle que tu as adressée à notre hôte, Daniel Travier, enfant de ce pays, lui aussi passionné.    

Avant de terminer ce petit témoignage, résumé trop rapide de ces années d’engagement au service de notre Mouvement, permets-moi de te dire aussi que nous avons admiré la compétence dont tu as fait preuve, fonctionnaire plutôt « administratif », dans la création d’un excellent Bordeaux que nous avons tous, bien entendu, toujours beaucoup apprécié. Sur ce plan encore, tu as démontré toute ta polyvalence d’éclaireur !  

Ton centenaire suit, avec une dizaine d’années de différence, celui de l’association ; il est une occasion de te dire combien nous souhaitons que les années qui viennent soient, pour toi comme pour elle, riches de ces parcours. Tu fais partie de ceux que nous sommes heureux d’avoir connus.

Avec toute mon amitié et celle de Catherine,

Yvon Bastide

 

MD01

 

Imprimer